1 Bis Rue Du Plomb Du Cantal 15230 Pierrefort
06.72.92.31.32

C'est un beau roman, c'est une belle histoire ...

Article rédigé par Jonathan Miquelino à l'occasion des 70 ans du club
Largement inspiré du livre "1958-1998 : l'ESP à 50 ans"
 

LES PREMICES DU FOOTBALL PIERREFORTAIS


1930-1959
 
Pour retrouver trace du ballon rond à Pierrefort, il s’agit de remonter à 1931. Le livre des 50 ans de l’Etoile Sportive Pierrefortaise fait référence à l’acquisition d’un terrain pour aux frais de la paroisse de PIERREFORT. C’est l’abbé BOYER qui en est à l’origine. Le légendaire terrain de Saint-Gervais allait alors recevoir les premiers pratiquants de football à PIERREFORT. Ce terrain n’avait alors pas du tout la même configuration qu’aujourd’hui. Célèbre à l’époque pour son inclinaison, il fut le théâtre des balbutiements de l’Etoile Sportive Pierrefortaise. Mais ne vous méprenez pas, cette ESP là n’est pas celle d’aujourd’hui. Il s’agit d’un premier club fondé en 1931 et qui évolua jusqu’en 1936. Il fut dissous par la suite par manque d’effectif en raison de conflit entre les différentes castes sociales de l’époque. Des cendres de l’Etoile Sportive Pierrefortaise première version, va naître l’Association Sportive de Pierrefort qui elle disparaitra pour laisser place aux heures les plus sombres du XXe siècle en 1939 lors de la déclaration de la seconde guerre mondiale. On notera pour l’anecdote, que l’ESP de 1931 évoluait en rouge et or, couleur de la ville de Pierrefort et que l’ASP de 1936 en bleu et blanc. Ce détail sera important pour la suite.
La guerre terminée, les jeunes pierrefortais comme les autres français de l’époque aspirait à des jours meilleurs. Des joueurs de fraternité, d’espoirs et de plaisir. Ainsi, de nombreuses associations sportives fleurirent à travers le pays. Le 29 Janvier 1948, l’Etoile Sportive Pierrefortaise « version 2 » est déclarée au Journal Officiel. C’est de club que nous fêtons aujourd’hui le 70e anniversaire. Le bureau de l’époque était composé de figure emblématique aujourd’hui
 
Président : CUMINAL Irénée
Vices présidents : RIOLS Albert et BESSE Roger
Secrétaires : JOFFROIS jean et l’Abbé GARROUSTE
Trésoriers : BOISSIER Robert et PECOUL Paul
 
C’était parti pour une fabuleuse histoire. Bien sûr il faudra patienter quelques peu pour les premiers fait d’armes. Toujours est-il que l’ESP débute en championnat de 2e Division de District lors de la saison 1948-1949. Il n’est pas toujours facile de constituer un effectif suffisant et les résultats ne sont pas toujours flatteurs. Le fond de jeu et pauvre et il faut compter sur l’envie des joueurs pour parvenir aux premiers résultats. Dès 1955, les prémisses d’une nouvelle aire se font ressentir avec une équipe qui joue les premiers rôles en championnat et rate de peu l’accession. Un souffle nouveau va porter l’ESP lors de la décennie suivante qui s’annonce comme un tournant avec un changement à la tête du club. Le docteur Claude COMPAGNON prend la suite d’Irénée CUMINAL en tant que président. Au niveau du terrain, l’indéboulonnable Emile dit « Milo » Vigier est toujours aux manettes pour faire vivre le club.


LES PREMIERS ECLATS

1960-1969
 
Alors que les sixties pointent le bout de leur nez. Le foot Pierrefortais n’a pas encore à son actif de titre majeur ni de parcours en coupe qui fait référence. 1964 fera date. L’ESP va jouer sa première finale de coupe départementale : la coupe ROUSSEL (actuelle COMBOURIEU). La finale oppose nos joueurs à SAINT-MARTIN-VALMEROUX et les deux équipes se quittent sur un score nul (2-2). La formule de l’époque imposait de rejouer le match et voyait l’ESP s’incliner (6-4). Grande déception mais dès lors Pierrefort pouvait rivaliser. Mais c’est en 1966 que PIERREFORT va faire parler de lui aux quatre coins du Cantal. Pensionnaire de dernière division de district la bande à Jacky LHERM, entre autres, allait damer le pion des meilleures artilleries départementale en coupe du Cantal pour se hisser jusqu’au stade des ½ finales. Les formations huppées de l’époque : Saint Flour (en huitième), Saint Chely (en quarts) peux être un peu méprisantes : « SAINT CHELY NE DEVRAIT PAS ETRE INQUIETE A PIERREFORT » selon la montagne, restataient sur le bort de la route devant l’insouciance Pierrefortaise. L’ESP est alors la coqueluche des observateurs. La demie finale aura lieu sur le mythique stade Jean JAMBON de MURAT face à l’ogre ARPAJON a ces plus belles heures. Les prolongations seront fatales à nos joueurs mais quel exploit retentissant. La cerise sur le gâteau : 3e en championnat, l’ESP accède à la 1ère Division !
L saison suivante, Pierrefort remet le couvert et dispute une seconde demi-finale de coupe du Cantal cette fois ci contre la GERALDIENNE. Les supporters sont aux anges d’autant que la réussite accompagne nos joueurs en championnat avec une seconde accession consécutive vers la promotion de ligue (Actuelle ELITE-D1).
On note que durant la décennie l’ESP qui évoluait à nouveau en rouge et or, change les couleurs du maillot. Un conflit entre la mairie et la paroisse à l’époque est à l’origine de ce changement. Ainsi l’Etoile Sportive Pierrefortaise récupère les anciens maillots de l’ASP et évoluera désormais en bleu jusqu’à aujourd’hui. « Une histoire digne de Don Camillo et Pepone » selon Henri Eschalier, dirigeant de l’époque
Pierrefort est au sommet de la hiérarchie départementale. Durant ces années 60, elle s’est structurée et a réalisé ces premiers résultats fondateurs. La dynamique autour de l’ESP est un vrai phénomène. Ainsi en 19668 une équipe réserve voit le jour. L’Etoile Sportive Pierrefortaise est prête à croquer les années 70 à pleines dents …


L'ESP MARQUE L'HISTOIRE

1970-1979
 
Les années 70 sont à l’heure actuelle l’apogée du club. En effet si les années 60 ont permis de faire un nom, les résultats historiques sont en ligne de mire. Pierrefort se stabilise en PROMOTION DE LIGUE et reste une équipe de coupe. 1971, nouvelle finale de COMBOURIEU mais toujours la même guigne, l’ESP met un genou à terre devant MOLOMPIZE. En 1972, troisième demie finale de Coupe du CANTAL perdue contre MAURIAC. Pierrefort n’est pas loin de quelques choses de grand.
La saison 1973-74 va rentrer dans la légende. En effet Pierrefort était depuis sa création un peu le Poulidor du foot cantalien. Celui que l’on soutenait mais qui avait toujours du mal a franchir la dernière marche. COLTINES sera le théâtre de cette rentrée au panthéon du foot local avec la victoire en finale de la Coupe du Cantal. Les 1100 spectateurs ont pu apprécier le triplé de André Bru qui offrait aux siens le graal suprême face à JUSSAC (3-1). C’était fait ! Pierrefort accrochait sa première étoile au maillot. S’il est un match qui restera dans les annales, c’est bien la demi-finale contre l’US MURAT sur le terrain de NEUVEGLISE. Alors que l’ESP est menée à l’issue des prolongations d’un but, de nombreux spectateurs rentre à Pierrefort pour participer à la fête des écoles et annonce sur place l’élimination des Pierrefortais. Entre temps, le malicieux Michel ROLLAND, avait inscrit un corner direct dans les ultimes minutes permettant à son équipe d’atteindre la séance des tirs aux but. Alain RIEUTORT, gardien cette saison-là, était souverain et envoyait l’ESP vers sa première finale de Coupe du Cantal. De retour à Pierrefort l’ascenseur émotionnel fut grand pour ceux qui croyait les étoilistes éliminés. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, l’ESP accédait pour la première fois de son histoire en championnat de Ligue : La PROMOTION D’HONNEUR ouvrait ses portes et engageait une troisième équipe ! Pour la première fois de son histoire, l’Etoile Sportive Pierrefortaise allait porter les couleurs de son village au quatre coins de l’Auvergne. Le club n’a pas encore 30 ans d’existence et il est en passe de devenir une référence cantalienne. D’autant que l’acclimatation à la PH fut rapide. Lors de la première saison l’ESP termine 2e derrière LE MONT DORE. Cette même année, l’ESP échoue au cap des demie finale de la Coupe du CANTAL contre SAINT ALBAN. On notera la belle satisfaction venue de la toute nouvelle équipe 3 qui remporte le titre de championne de cinquième division. On se rend bien compte que ces années-là sont fastes mais la cerise sur le gâteau ne tardait à poindre lors de la saison 75-76 lors de laquelle l’ESP effectue un nouveau parcours brillant en championnat si bien qu’elle termine première à égalité avec ARPAJON. La différence de but positive pour les étoilistes les envoyaient directement en Division d’Honneur Régionale grâce une victoire lors de la dernière journée devant un public en folie pour acclamer, ce jour-là, le triplé de Michel DUTREVIS et l’envie de toute une équipe.  Un public qui vit une décennie incroyable avec une nouvelle demi-finale de coupe du Cantal « volée » par l’AURILLAC  à MUR DE BARREZ. La réserve Pierrefortaise accompagnait son équipe fanion et remportait l’accession en 2e Division …
Il fallait donc s’attaquer à la DHR, une nouvelle exigence, de nouveaux déplacements, de nouveaux adversaires. La marche était peut-être un peu trop haute pour l’Etoile Sportive car malgré un talent indéniable, les « bleus » ne parvenait à accrocher le maintien. Cette saison 76-77 laissera toutefois dans les mémoires des acteurs de l’époque un souvenir indélébile. Alors que nous tournions en janvier 2018 le film de l’histoire de l’ESP en compagnie d’Emile Vigier, ce dernier nous racontait encore un célèbre match contre l’INF Vichy, le « Clairefontaine » de l’époque. Les réserves n’étaient pas à la fête non plus puisque qu’elles subissaient également la relégation. Cette fin des années 70 ressemble à un passage de témoin entre deux générations. Avec comme symbole l’homologation du Stade Municipal (actuel Georges Perrot) en catégorie C bien que l’ESP l’utilise depuis quelques saisons. Le football change en cette période. D’ailleurs l’ESP fait sa première apparition en coupe de France en 1979, compétition qui ne lui réussira pas avant les années 90 …

 

UNE NOUVELLE ERE

1980-1989

La saison 80-81 va marquer un tournant, car l’ESP I retrouve la PROMOTION DE LIGUE (District). Un changement de génération se met en place. Une équipe plus jeune et paradoxale car à l’issue de la saison 82-83 elle se retrouve reléguée en championnat de première division de district. Pourtant elle se hisse en finale de la Coupe COMBOURIEU qui à lieue a … PIERREFORT ! L’équipe dirigeante de l’époque avait obtenue l’organisation de l’Assemblée générale du district et des finales départementales. Traditionnellement, la finale de la Coupe COMBOURIEU a lieue en levé de rideau de la finale de la coupe du CANTAL. Sous un soleil de plomb, Pierrefort reçoit le voisin VILLEDIEU dont la figure de proue est Bernard BAYOL ancien gardien de but de l’US SAINT FLOUR. Devant 2300 spectateurs, les co-équipiers du capitaine René SOUSTRE s’impose 2-0 grâce notamment à un but de ce dernier qui restera dans la légende. « Mécontent de la remise en jeu de l’un de ses partenaires, il dégage le plus loin possible le ballon en direction du but de VILLEDIEU sans en suivre la trajectoire. Pendant ce temps-là, après un rebond très haut du au terrain très sec, le ballon lobe le gardien visiteur malencontreusement sorti de ses cages ».
Les affiches de cette journée étaient idéales puisque la coupe du CANTAL allait opposer Saint-Flour et Murat.
 
 
Alors que l’on s’achemine vers une victoire Murataise, Gerard Sucaud à la buvette s’exclame « Si Saint Flour pouvait en coller un, ça nous ferait tourner la buvette encore un peu… » quelques seconde plus tard l’USS égalisait et remportait le précieux sésame un peu plus tard dans l’après-midi.
L’ESP démontrait également par l’organisation de cette évènement sa structuration en cours. Ainsi, on verra en 1988 arrivé pour la première fois un entraineur extérieur au club. Si René SOUSTRE avait jusqu’alors brillamment assuré cette mission, il passe le témoin à Jean LOISEAU ancien joueur professionnel de passage en tant que joueur à l’ESP a la fin des années 60. Il reprend une équipe devenue plus mature et qui, à la fin d’une saison au suspens incroyable vient de gagner son grand retour en Promotion d’Honneur en raison d’une refonte des poules de ligue ! Merci qui ? Merci Jacky VIDAL ! Notre co-président actuel égalisait à la 95e minute du dernier match de la saison et permettait aux siens de terminer à la 5e place du championnat et de composter le dernier ticket pour la PH ! Au rayon des satisfaction, les réserves qui empile les titres de champions. Ainsi à la fin des années 80, l’Equipe fanion évolue en PH, la réserve en Promotion de 1ère Div et l’équipe en 5e division. Depuis 1984, c’est Henri ESCHALIER qui est le président de l’Etoile Sportive, à l’origine des mutation du club en cette période il est l’homme qui emmène l’ESP vers une ère moderne. Cette chère ESP commence à avoir du vécu, elle s’achemine doucement vers son cinquantenaire …